Depuis toujours, Elle nourrit de grandes ambitions.
Sur le point de démarrer une thèse en sociologie, elle rencontre le beau et charismatique Pierre, tout aussi ambitieux qu’elle. Néanmoins, deux ambitieux dans un couple, cela fait un ambitieux de trop. Aujourd’hui mariée et mère de trois enfants, après avoir mis sa vie professionnelle entre parenthèses depuis sept ans, et s’être entièrement donnée à sa famille, la jeune femme aspire à autre chose qu’à sa position de maman et d’épouse. Plus que tout, elle souhaite changer de vie, lassée de ce morne quotidien dans lequel elle se consume peu à peu.

Devant la détresse de la jeune femme, Pierre joue les aveugles car pour lui, rien ne doit changer. Sa vie lui convient très bien ainsi. Les relations entre le couple deviennent de plus en plus tendues, le combat se fait de plus en plus acharné jusqu’au jour où l’orage éclate. Une tempête aux dommages irréversibles pour toute la famille.

Chronique :

Le sous-titre du livre (La descente aux enfers d’une femme ordinaire) donne le ton. Aussi est-on un peu surpris à la lecture des premières pages du roman. L’héroïne est dans une situation délicate, et le lecteur va suivre son cheminement passé, présent et futur, tout en s’interrogeant sur les raisons de sa présence dans ces lieux.

L’histoire est finalement banale, mais très bien mise en scène. Il règne comme une ambiance de « Desperate Housewives » entre les pages. Les descriptions sont très complètes, mais parfois très longues. Néanmoins, cela permet de visualiser totalement le décor et d’imaginer sans problème l’univers de la jeune mère en mal-être. Le mode de narration omniscient donne un côté solennel au roman, et sonne pourtant comme une longue introspection. Le récit contient peu de dialogues.

Le genre annoncé (thriller psychologique) a été choisi par la maison d’auto-édition. L’auteure n’a pas eu la volonté, sur ce titre, d’écrire un thriller. Si Céline de Rosa a fort bien réussi la construction de son univers et la représentation de ses personnages dans un contexte contemporain et cohérent, les longs passages descriptifs sont parfois poussifs.

D’autant que le lecteur se demande jusqu’au bout quel sera le dénouement de l’intrigue. Puisque si l’on comprend bien vite que notre héroïne n’en peut plus, et que la frustration finira par exploser, ce n’est qu’à la toute fin que l’on saisit l’amplitude du débordement et ses détails. Preuve, si l’en fallait, que l’auteure mène sa barque de main de maître, et sait tenir en haleine son lectorat. Le dénouement, quant à lui, et principalement l’épilogue, peut-être interprété de deux manières différentes, et s’il peut laisser sur leur faim certains lecteurs avides de complexité, il ravira les amateurs de romans contemporains plus légers. Parce que ce premier ouvrage est bien écrit, documenté et plein de références culturelles, la lecture est agréable pour qui aime prendre son temps et découvrir d’autres horizons, sans forcément s’immerger dans le vice humain.

Infos Pratiques :


Date de sortie : Mars 2017

Auto-édition (Publishroom)

Prix du format numérique : 0.99€ chez Amazon

Site de l’auteur : https://www.facebook.com/celinederosa2/

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :