SAMUEL, FABRICE, MANON, FRANCK, ANNE-LISE…
Vu de l’extérieur, leur vie semble parfaite, mais doit-on toujours se fier aux apparences ?
Un jour, arrive le geste de trop, l’événement qui fait dérailler la marche routinière du train de l’existence. Les masques tombent, le vernis craque.
Au fil des rencontres, des tragédies, apparaît la nécessité pour ces jeunes gens et leur entourage d’évoluer, de retrouver une liberté perdue…
D’ouvrir la cage, quel que soit le prix à payer

Ce livre fait partie des finalistes du Prix des Auteurs Inconnus, dans la catégorie Réalisme 

Chronique

Voici donc ma dernière chronique pour le PAI 2017 ! Et je suis heureuse de dire que j’ai fini en beauté !

Lors des présélections, j’avais été attirée par ce titre, et cette jolie couverture. Les premières pages étaient assez sombres, mais le résumé laissait entrevoir quelque chose de plus grand derrière. J’ai choisi de le garder pour la fin, car j’en attendais beaucoup.

Dès le premier chapitre, le malaise de Fabrice suite à la réaction de son père face à son homosexualité et la décision terrible qu’il a pris nous met dans le bain : ce ne sera pas un livre joyeux.  Les premiers chapitres sont même assez déprimants, mais leur utilité est primordiale pour la suite de l’histoire.

Je ne parlerais pas beaucoup de l’intrigue, vu que ce n’est pas le plus important à mes yeux. En effet, les personnages prennent la vedette. J’ai beaucoup aimé la façon dont il sont traités. Ce ne sont pas des personnages plats et linéaires, mais chacun a sa part d’ombre et de lumière.  J’ai particulièrement apprécié Samuel et Colette, à la fois en tant qu’individus, mais aussi dans l’évolution de leur relation.  C’est la naissance d’une belle amitié.

La romance naissante entre Manon et Samuel et plutôt mignonne, et loin des sentiers battus. J’aimerais dire quel dommage qu’elle se finisse ainsi, mais le développement avec Anne-Lise est vraiment super, donc je pardonne à l’auteure.

Ce roman traite de nombreux sujets sensibles, tels que le suicide, l’homophobie, les abus familiaux sur les personnes âgées, les violences conjugales… En général, je n’aime pas trop ces thèmes, étant très sensibles. Mais Marjorie Levasseur a un don pour l’écriture. Malgré la noirceur des thématiques, la lecture est fluide et agréable. Il est tout simplement impossible de poser ce livre !

Bref, vous l’aurez compris, c’est un réel coup de cœur. Maintenant je vais avoir un choix difficile à faire, mai il est certain que « Ces oiseaux qu’on met en cage » sera dans mon top 3 !

Pour vous le procurer :

Titre : Ces oiseaux qu’on met en cage
Auteur : Marjorie Levasseur
Auto-édité
Pour l’acheter, c’est par ici !!

A propos de l'auteur

Trentenaire, créative, passionnée de livres et de loisirs créatifs, Faby vit actuellement à Toulouse où elle profite du soleil, avec ses deux chats et une tasse de thé. Ses styles de lectures préférés sont la littérature jeunesse, le fantastique, les romans historiques. Elle s'initie depuis peu aux mangas et aux bandes dessinées.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :