Ce livre fait partie des finalistes du Prix des Auteurs Inconnus, dans la catégorie Réalisme.

Le bonheur ? Qui est-il ? Comment le trouver ? Est-on sûr de l’avoir atteint ?
Virginie, jeune bibliothécaire, a pour seule passion de tenir compagnie aux vieilles dames de son village, six compagnonnes qu’elle rejoint tous les soirs.
Pourtant, une rencontre va perturber cet équilibre qu’elle croit être son bonheur.
Pourquoi l’oblige-t-on à remettre toute sa vie en question ?

Chronique

Lorsque j’avais lu les 10 premières pages de ce livre dans le cadre de la sélection du Prix des Auteurs Inconnus, j’avais tout de suite accroché avec certains détails. J’avais donc hâte de lire ce roman en entier, pour en savoir plus !

Tout d’abord, Séverine Vialon a une très belle plume. Le style est fluide, et les pages se tournent sans même que le lecteur ne s’en rende compte. C’est bien écrit, tant au niveau de la narration que du ressenti, tant et si bien que l’on oublie les quelques faiblesses du texte.

J’ai trouvé l’histoire très longue à démarrer. En effet, il faut attendre la moitié du livre pour qu’enfin quelque chose bouge. On comprend aisément l’importance de Virginie, la jeune bibliothécaire qui ne semble vivre que pour ses vieilles dames, et de Fred, l’instituteur de l’unique classe du village.  Les deux se rencontrent chez Maria, une des vieilles dames du village, et de suite la réaction de Virginie intrigue. Pourquoi le traite-elle aussi mal ? Le connaissait-elle avant ? Qu’a-t-elle donc à lui reprocher ?  Maria  convainc la jeune femme de passer une soirée avec Fred, juste pour faire connaissance. Froide et distante, elle finit par faire un malaise. Avec l’intervention de son médecin (et parrain), Fred va faire son possible pour l’aider à aller mieux, sans savoir de quel mal elle souffre. A force de patience et petits gestes, Virginie va enfin s’ouvrir pour laisser sortir ce terrible secret.

J’ai beaucoup aimé l’évolution de Virginie. Au départ, on se demande ce qui la prend, elle si gentille avec les personnes âgées, se mettre à être aussi désagréable avec ce brave garçon qu’est Fred, c’est bizarre. Au fur et à mesure de histoire, on en apprend un peu plus, juste assez pour pouvoir élaborer nos propres théories. Fred fait preuve d’une patiente d’ange, et fait vraiment de gros efforts et sacrifices pour aider Virginie.  Peu à peu, la carapace se fendille, avant de craquer entièrement, et de révéler enfin à Fred (et au lecteur) l’horreur qu’elle a vécut.

Ce thème (je ne peux pas vous en dévoiler plus), n’est pas souvent traité dans les romans, et jamais de façon aussi douce, sans jugement ni détails sordides. Malgré la longueur du début, « La clé du bonheur » reste un très bon livre, qui mérite d’être connu.

Informations pratiques :

Titre : La clé du bonheur
Auteure : Séverine VIALON

Pour acheter ce livre , au prix de 2.99€ sur Amazon.

 

 

A propos de l'auteur

Trentenaire, créative, passionnée de livres et de loisirs créatifs, Faby vit actuellement à Toulouse où elle profite du soleil, avec ses deux chats et une tasse de thé. Ses styles de lectures préférés sont la littérature jeunesse, le fantastique, les romans historiques. Elle s'initie depuis peu aux mangas et aux bandes dessinées.

2 Réponses

  1. sevylivres

    Heureuse que tu aies passé un bon moment de lecture. La lenteur du début comme tu le dis est fait pour bien asseoir le personnage de Virginie, pour mieux appréhender cette différence de comportement et enfin la comprendre mieux. je ne sais pas si je me fais bien comprendre. J’ai vraiment voulu dépeindre ce personnage pour mieux la comprendre ensuite tout en découvrant ses paradoxes.
    Je file mettre le lien sur mon site.

    Répondre
    • Faby

      Bonjour,
      Honnêtement je ne me suis pas posée la question de savoir si la lenteur du début était faite exprès ou non. Comme je l’explique, le style est tellement bon qu’on lit sans s’en rendre compte, c’est juste qu’on remarque qu’en fait il ne s’est encore rien passé. Ca n’enlève en rien à la qualité du livre, et je suis très contente de l’avoir lu. Faby

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :