Annie est fille de médecin et habite à Paris, tandis que Michel est fils de fermier et vit en Auvergne, mais ils ont un point commun : ils sont tous les deux passionnés de lecture. Des événements tragiques vont amener leurs routes à se croiser, et malgré leur différence sociale, les destins de leurs familles vont s’entremêler. Grâce au grand-père d’Annie, libraire au quartier latin, ils vont finir par se rencontrer.
Entre la saga familiale et la fresque sociale, ce roman, qui se déroule en France entre 1965 et 1975, fait revivre, à travers les nombreux personnages, les principaux événements politiques et culturels de l’époque. Et sur un fond d’histoire romanesque, il met l’accent sur la condition des femmes et la place des jeunes dans cette période charnière.

Ce livre est offert par l’auteur dans le cadre du concours que j’organise jusqu’au 31/05/2017.

C’est aujourd’hui Nisa, du blog Nisa Lectures, qui chronique le roman de Pascale Rault Delmas pour moi, puisque comme pour beaucoup d’autres, je n’ai pas eu le temps de le lire à temps! Merci à elle!

C’est la couverture qui m’a tout de suite attirée. Pour une amoureuse des livres, quoi de plus tentant qu’une vitrine de librairie ? On sent que cette devanture est un peu rétro et la lecture de la description de l’ouvrage me l’a confirmé. J’adore les romans qui s’inscrivent dans le passé, mais si j’en ai beaucoup lu sur les périodes de guerre, très peu sur 65-75. Raison de plus pour me porter volontaire.

Le titre est très bien trouvé et en effet, les livres ont une place prépondérante dans la vie des personnages de cet ouvrage. Livres en tant que lien entre personnes passionnées, livres pour s’évader, mais aussi, livres pour s’ouvrir les yeux. J’ai considéré « La compagnie des livres » comme un personnage à part entière, discret, parfois un peu effacé, mais indispensable à l’équilibre de l’intrigue mais aussi aux personnages qui s’entremêlent.

Les personnages sont nombreux, très nombreux et j’avoue que je me suis parfois un peu perdue entre les personnages, leur famille (parents, grands-parents, cousins, enfants) & amis. Heureusement, chacun a son caractère propre et je me suis vite resituée à chaque fois. Je me suis attachée à beaucoup d’entre eux, je me suis reconnue dans plusieurs également. Certains m’ont énervé par leur idées complètement dépassées mais forcément, à cette époque, la plupart des gens pensaient ainsi (la supériorité de la naissance, de l’homme…).
J’étais vraiment actrice lors de cette lecture, à souffler des conseils à mes « chouchous », à en invectiver certains lorsque je n’étais pas d’accord.
Je recommande de lire cet ouvrage assez vite pour ne pas oublier qui est qui. C’est un conseil assez facile, car personnellement, j’ai eu un mal fou à le lâcher ! On suit de façon brève chaque « famille », ce qui donne envie de continuer afin de savoir ce qui arrive ensuite. L’auteure a non seulement une superbe saga mais sa construction est intelligente.

Comme l’annonce la description, nos personnages évoluent dans les années 65-75, une période riche en faits sociaux dont mai 68, l’émancipation des femmes & la lutte des classes. J’ai beaucoup apprécié ce contexte et j’ai beaucoup appris. Ces événements sont vu par différents personnages, nous avons donc plusieurs points de vue ce qui est très intéressant. L’auteure a du faire un gros travail de recherches que j’admire.

En résumé, une excellente saga familiale dans un contexte social intéressant qui est presque un coup de cœur pour moi. Quelques fautes de frappe m’empêchent de lui donner la note maximum mais c’est vraiment un livre que je conseille.

pascale rault delmas la compagnie des livresRetrouver l’auteur sur les réseaux sociaux :

Acheter le livre de l’auteur :

Participer au concours :

 

a Rafflecopter giveaway

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :