Du haut de sa tour du Palais Suspendu, Misha étudie ses grimoires et réchauffe ses alambics. L’alchimiste du roi est un créateur talentueux. Il invente des sortilèges et murmure des poèmes pour transformer la magie en outils insolites.

Son quotidien est bouleversé par la capture de trois rebelles des îles Liberté qui luttent pour leur indépendance. Pourquoi la princesse Séléna s’est-elle livrée à ses ennemis ? L’alchimiste soupçonne la prisonnière de profiter de sa captivité pour leur tendre un piège.

La belle étrangère prétend que son navire contient des trésors dignes des légendes, l’héritage d’un antique peuple des mers. Ses ruses et ses manigances se teintent de mystère, de magie, et d’une alchimie fabuleuse qui pourrait changer le destin du royaume.

Ce livre fait partie de ceux sélectionnés dans la catégorie « imaginaire » pour le Prix des Auteurs Inconnus et je l’ai lu dans ce cadre car je précise que ce n’est pas mon style de lecture habituelle.

Il met en scène Misha, l’alchimiste du roi nouvellement promu, qui invente des outils ingénieux empreints de magie afin de rendre la vie plus facile. A l’heure actuelle, et malgré le fait qu’il n’apprécie pas cette partie de son travail, il contribue à l’effort de guerre, guerre opposant le Roi Alexander à l’un de ses vassaux cherchant à obtenir son indépendance.

Quand la Princesse Séléna des îles Liberté est capturée, c’est à lui qu’est confiée la mission de l’interroger et de lui faire signer la reddition.

Ce qui transparaît en premier lieu, c’est la richesse de l’univers de l’auteur, foisonnant de mythes, de légendes et de magie. Le récit, bien mené, est émaillé de complots et de stratégies politiques, de ruses et de manigances de cour qui constituent réellement l’intrigue.

Les personnages sont assez bien campés et ont le mérite de paraître crédibles grâce à leur complexité et leur ambivalence.

Quant au style de l’auteur, il est assez agréable et de jolie facture. De plus, pas une coquille ne traîne, ce qui est assez rare pour mériter d’être souligné !

Mais malgré toutes ces indéniables qualités, je dois avouer que l’alchimie n’a pas opéré, que la magie ne m’a pas transportée et que cette lecture ne me laissera pas un souvenir impérissable. Ce n’aura été pour moi qu’un gentil petit conte. Peut-être est-ce dû au trop restreint nombre de pages qui ne m’a pas permis de m’immerger totalement dans l’histoire. Histoire qui aurait mérité selon moi d’être traitée un peu plus longuement. Ou alors c’est dû au genre qui n’est peut-être tout simplement pas ma tasse de thé. Et encore moins un verre de fabuleux nectar…

 

2 Réponses

    • Sophie Ruaud

      Tu vois c’est bizarre, comme je l’ai dit dans ma chronique, j’ai tout aimé dans ce petit livre et pourtant je n’ai pas été transportée ! Il devait manquer un petit quelque chose. C’est parfois incompréhensible…

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :