Huit mois ont passé… Tous pensaient pouvoir reprendre une vie normale. Mais lorsque la douleur est trop grande, la mort elle-même ne peut l’apaiser. La seule option : Remonter aux origines du mal. Oserez-vous descendre dans la cave ?

Chronique :

C’est un peu dubitative que j’ai retrouvé Eleane et Stéphanie, huit mois après les évènements traumatisants qui ont clos le premier tome. La fin était telle que je me suis demandé ce qu’allait pouvoir faire Katia Campagne de ses personnages.

Contre toute attente, et alors que l’élément fantastique m’avait un peu déroutée lors de la lecture du premier opus, cette lecture a été un vrai régal. Le fantastique agit ici non plus comme catalyseur, mais comme personnage à part entière. C’est en lisant le second tome que le premier prend toute son ampleur. Grâce à plusieurs intrigues parallèles, l’auteure réussit à nous faire rassembler les pièces du puzzle, et à apprécier l’histoire dans sa globalité.

 Chaque élément est désormais à sa place, et plus rien ne dénote. Le surnaturel ne dérange plus. Le contexte EST le surnaturel, et cela change tout. La profondeur va crescendo, et le lecteur ne cherche plus à savoir si les intrigues sont plausibles. Il suit la route tracée par l’auteur, tente de s’en échapper, mais toujours il est remis dans le droit chemin.

Katia Campagne nous emmène aux origines pour mieux nous perdre dans le futur, et ça fonctionne. Les personnages ne sont pas épargnés. L’auteur les malmène pour mieux les cajoler, les balade d’intrigue en intrigue, toujours plus sombre.

La plume est plus assurée, plus incisive et plus noire. Et chose qui est très agréable, il y a beaucoup moins de coquilles dans ce second livre que je ne peux que vous conseiller.

Infos pratiques :

Date de sortie : juin 2016

Auto-édition

Prix du format broché : 16.80€ sur Amazon

Prix du format numérique : 2.99€ sur Amazon

Site de l’auteur : http://katiacampagne.wixsite.com/katiacampagne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :