Dans le cadre du salon de Tulle des 19 et 20 mai derniers, j’ai interviewé l’organisatrice et les 15 auteurs présents et je me propose donc de partager avec vous les quelques informations que j’ai glanées.

Aujourd’hui, c’est au tour de Frank Klarczyk de répondre à mes questions.

Né dans le Pas-de-Calais, mais installé et travaillant en Corrèze depuis 11 ans, où il est policier, Frank Klarczyk écrit sous son véritable nom (s’il devait choisir un pseudo, il en prendrait un plus simple à retenir et à écrire me glisse-t-il à l’oreille).

 

1/ Si tu devais te définir en 5 mots ?

Modeste, humain, amical, rêveur, obstiné.

2/ Si tu pouvais obtenir un super-pouvoir, lequel serait-ce et pourquoi ?

Je voudrais pouvoir voler… pour la liberté qu’on doit ressentir.

3/ Quand as-tu commencé à écrire et comment y-es-tu venu ?

Je ne lisais pas beaucoup, mais j’allais souvent au cinéma et à 17 ans j’ai commencé par écrire un scénario d’une comédie policière. Ensuite, je me suis interrompu pendant quelques années avant de reprendre à 30 ans avec un concours de nouvelles, parce que j’aime inventer des histoires.

4/ Quelles sont tes références en matière de littérature et de cinéma ?

Je lis surtout du thriller et du policier : Connelly, Giebel, Lemaitre, Chattam, Lehane, Favan… Pour ce qui est du cinéma, je suis assez bon public, j’aime le thriller (Le silence des agneaux, Seven…) et le fantastique, notamment de Spielberg. Je regarde aussi des séries comme True detective ou Prisoners

5/ Penses-tu qu’un bon auteur s’inspire nécessairement de son vécu ?

Non pas forcément, bien qu’un roman, à mon avis, soit souvent un mélange de vécu et d’imaginaire. Mais je m’inspire de mon métier évidemment.

6/ Comment s’imposent tes personnages ? Certains sont-ils inspirés de proches, de connaissances ?

Oui effectivement, dans mes deux premiers livres, certains sont inspirés de connaissances, de collègues. Mais j’y mets parfois aussi de moi-même.

7/ Combien de livres as-tu à ton actif et quel est ton préféré ?

Trois à l’heure actuelle. J’aime bien les trois mais le deuxième reste le plus proche de moi, il retranscrit assez bien l’ambiance du commissariat de Brive. Et le troisième s’inspire de quelque chose qui m’a beaucoup touché. J’y ai mis mon cœur et mes tripes.

8/ Qu’as-tu envie de transmettre (dans le sens procurer) à tes lecteurs ?

Des frissons, voire de la peur, dans le but de les distraire, de leur permettre de s’évader et de prendre du plaisir à la lecture.

9/ Que dis-tu à des lecteurs pour leur donner envie de te lire ?

Je leur dis que j’écris des histoires qui permettent de s’évader, où on ne s’ennuie pas et où on peut s’identifier aux personnages.

10/ As-tu des rituels d’écriture, des habitudes, des moments particuliers ?

J’écris plutôt le soir, dans le calme et je commence toujours par jeter mes idées sur un papier-brouillon : grandes lignes, personnages, plan…

11/ Et la lecture alors, est-elle toujours présente et ton œil a-t-il changé sur les écrits des autres ?

Toujours oui et mon regard a changé oui, surtout sur la forme. Je crois que c’est un peu indépendant de ma volonté mais indissociable de mon travail d’écriture.

12/ Avec qui aimerais-tu ou aurais-tu aimé écrire à 4 mains ?

Je préfère écrire tout seul. Ceci dit, si Franck Thilliez me le proposait je ne dirais pas non ! Et j’ai un peu collaboré avec Sire Cedric pour les côtés policiers de deux de ses livres, tout comme Olivier Norek d’ailleurs.

13/ Peux-tu nous parler du livre en cours d’écriture et de tes projets littéraires ?

J’ai fait une longue pause afin de me consacrer à l’écriture d’un scénario pour un film régional dans lequel je tiens aussi un rôle. Mais je redémarre une troisième enquête pour mon héros Gabriel Marcini. Le plan est fait !

14/ Quelle est la question que tu aimerais qu’on te pose et qu’on ne te pose jamais ?

« Si je te propose un contrat pour arrêter de travailler et te consacrer à l’écriture, que dis-tu ? » Réponse : je signe de suite !

15/ Et pour finir, une question subsidiaire : slip, caleçon ou boxer ?

Boxer !

Merci Frank, de t’être prêté au jeu ! 

Le prochain à passer sur le grill sera Nicolas Le Breton.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :