Bellevue Park. Ses villas d’architecte, ses espaces verts, ses prestations luxueuses… Pour Marc Vasseur, c’était un rêve. Mais lorsque sa femme disparaît en ne laissant qu’un simple SMS pour toute explication, le rêve tourne au cauchemar.
Les autorités ne tardent pas à classer l’affaire. Un abandon de domicile conjugal comme il s’en produit des milliers chaque année. Mais Marc en est sûr, Sandra ne les aurait jamais quittés ainsi, lui et leur fille Lisa.
Trois mois plus tard, alors que tout espoir semble s’être évanoui, il reçoit une photo qui va bouleverser toutes ses certitudes. Celle d’une jeune fille, une inconnue, qui arbore un médaillon.
Ce bijou, Marc en est persuadé, c’est celui de Sandra. Celui qu’elle ne quittait jamais.

Deux ans qu’il était dans ma pal. La première version, celle en auto-édition. Pourquoi ne l’en ai-je pas tiré plus tôt ? Juste parce que j’en ai des centaines d’autres. Comme beaucoup de lecteurs, j’achète plus que je n’ai le temps de lire. Acheter, c’est déjà pas mal non ? Même si, bien évidemment, lire est encore mieux.

J’en avais pourtant vu passer énormément de bons retours, pratiquement que des commentaires élogieux d’ailleurs. En fait, je ne me rappelle même pas en avoir lu un seul mauvais. Eh bien, vous voulez que je vous dise, c’était plus que mérité. Voilà un livre que j’ai littéralement bouffé, en juste quatre séances de lecture. Parce qu’il est passionnant, bien foutu et, qui plus est, bien écrit.

Malgré un genre d’enquête, on n’est pas dans un roman policier. L’histoire met en scène un homme, un mari dévasté mais aussi entêté, qui refuse de se résoudre à croire à la conclusion de la police. L’intrigue est déjà captivante. et puis les choses se précipitent et elle devient palpitante. La tension monte au fur et à mesure que les pages se tournent et le suspense augmente encore. Avec pas mal d’action, des retournements de situation et surtout énormément d’intensité. Et là, impossible de le lâcher, il faut qu’on sache, qu’on comprenne. Et jusqu’au bout, jusqu’à la toute fin, on est suspendu au fil de cette histoire, maligne, astucieuse, intelligemment construite, qui nous réserve encore des surprises et des révélations qu’on n’avait pas vu venir. Enfin moi en tout cas… Et l’horreur se dévoile aussi, prend à la gorge et aux tripes, pour contribuer à faire de « Je ne t’oublie pas » un pur thriller et une vraie réussite ! Alors croyez-moi, le prochain roman de Sébastien Didier, je ne le laisserai pas traîner aussi longtemps…

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :