Connaissez-vous cette impression du noeud coulant ?
Celle où vous êtes tellement près du cercle de corde devant vous que vous ne le voyez plus.
Ce moment où vous regardez au travers et sentez que si vous approchez plus, à peine plus….
Peut-être même l’avez-vous déjà autour du cou ?

Michael Stark et Hilton HdB sont liés par un pacte d’amitié.
Quand un drame survient qui remet tout en question.
Comment comprendre ce qui s’est passé ?
Comment protéger l’autre de sa propre incapacité à accepter ?
La relation complexe entre Hilton et Knysna viendra rapidement troubler la recherche d’une réponse,
ramenant de vieux démons et mettant en péril un équilibre difficilement construit.

Comme il est difficile de parler de ce livre !

C’est un roman noir, très noir, dont le titre (que je ne savais même pas comment prononcer au début) ne m’évoquait rien jusqu’à ce que j’apprenne que c’était un prénom, le prénom d’une femme absente de la presque totalité du récit et qui pourtant nous obsède de son ombre tout du long.

Michael Stark et Hilton Heartfield de Beauschene sont deux amis que tout oppose (leur milieu d’origine, leur vie comme leur caractère) mais qui sont liés par une indéfectible amitié et l’amour de la petite Nat, 5 ans, fille de Michael. Quand un drame horrible touche Michael, c’est Hilton qui le soutient, alors, quand Hilton est à son tour confronté à un problème personnel, Michael tente de lui rendre la pareille.  Les deux histoires sont imbriquées l’une dans l’autre mais ne sont que matière à faire vivre les personnages. Des personnages dont on ne sait pas grand chose concernant leur passé mais qui sont extrêmement réels car magnifiquement dépeints, dans toute leur complexité, dans leur psychologie, leurs qualités, leurs défauts, leurs émotions, leurs peines, leurs doutes, leurs failles. Au delà de l’histoire proprement dite, c’est un roman sur l’amour, l’amitié, les liens familiaux, la loyauté, la confiance, la perte, la douleur mais aussi la difficulté à communiquer.  Il y a beaucoup de non-dits dans ce récit tout en nuances, en demi-teintes, et qui nous oblige à lire entre les lignes afin d’appréhender tous les sentiments et les ressentis de ces âmes tourmentées et torturées. Dans ce drame intense, émouvant, parfois poignant, l’écriture est toujours empreinte de beaucoup d’humanité et d’une grande sensibilité.

L’intrigue est, quant à elle, très bien construite et, même si j’avais deviné « qui », je n’avais pas envisagé le « pourquoi ». Ni vu la fin venir …

Vous l’aurez compris, « Knysna » est un (premier !) roman à ne pas rater et Odehia Nadaco une auteure à prendre en compte !

Pour l’acheter, cliquez!

 

Livre déjà chroniqué par Virginie ici et.

A propos de l'auteur

Tombée toute petite dans la lecture, je possède près de 2000 livres et ne cesse d'enrichir ma collection. Depuis peu j'ai découvert le monde de l'auto-édition et j'ai la grande chance de travailler avec des auteurs indépendants de talent qui m'ont confié leurs manuscrits et m'ont accordé leur confiance. Cela me permet de me réaliser dans un domaine qui me passionne : la lecture !

2 Réponses

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :