Cruden Bay, 1012 : Olderik meurt, trahi par les siens.

Mille ans plus tard, Irma et Adriel, journalistes dans une émission TV sur les phénomènes paranormaux, débarquent dans la petite ville du nord de l’Ecosse pour élucider les phénomènes étranges: un petit garçon est hanté par le fantôme d’une petite fille, Betty, et par l’esprit d’un Viking. . Ils ont quinze jours pour faire une émission et élucider bien des mystères.
Car Cruden Bay, c’est la Baie des morts, autrefois le lieu d’une terrible bataille entre Viking et Écossais, c’est aussi là qu’un avion s’est crashé, il y a trente ans, faisant des victimes parmi les enfants du village.
Betty, le petit spectre qui cherche sa peluche, est-il l’un d’eux?
Entre poltergeist et disparitions, Yggdrasil et légendes vikings, personne ne sortira indemne de cet étrange voyage.

L’auteurlogo-autoedites

Je vous copie/colle la présentation d’Azel écrite par Azel elle même. Parce que, très sincèrement, je n’aurai pas trouvé meilleurs mots pour la décrire. 

Auteure indépendante, indépendante… INDÉPENDANTE ! Bon… ce n’est qu’un mot mais il n’est pas vain. Finalement je me sens assez bien dans l’autoédition. Ni dieu, ni maître, ni éditeur.
Alors ouais j’écris des histoires. J’essaie. J’y arrive ou pas, selon les lecteurs. Je ne suis pas une littéraire, seulement une storyteller. Je n’ai pas l’ambition de faire des grandes phrases pompeuses, je ne fais pas un concours chez Maître Capello, j’ai juste envie de vous emmener loin, derrière les portes, derrière les horizons, derrière la peau des gens, où l’on plonge dans l’âme des vivants, comme dans celles des morts. Un peu d’amour, beaucoup de morts, comme dans la vie. Mais pas que…

J’aime mes personnages, chacun d’eux est un ami inventé : les amis imaginaires que je n’ai pas eu dans l’enfance, je me les crée maintenant. Dans ma grotte, ça me fait des potes, et j’espère que vous aimerez Irma, que vous aimerez Amy, Angus, Adriel, et tous les autres, les méchants comme les gentils.
Il y a un peu de moi dans chacun d’eux, et je voyage avec eux, pour eux, et grâce à eux, moi qui ne bouge jamais vraiment de ma petite ville de campagne, c’est le monde que je tiens dans mes mains.

Bons voyages à tous .

L’histoire

Je vous ai déjà parlé d’Azel Bury sur le blog. Je vous avais présenté son premier opus : « La Femme qui tua Stephen King », que j’avais particulièrement apprécié. « La Baie des Morts » est écrit dans un registre complètement différent, puisque nous sommes ici, non plus dans un style humoristique expérimental, mais dans le thriller surnaturel. Nous suivons en effet Irma et Adriel, journalistes pour une émission de télévision spécialisée dans les phénomènes paranormaux, dans une de leurs enquêtes. Leur patron les envoie dans un village d’Écosse, alors que le fantôme d’une petite fille hante le fils d’un membre de son entourage.

Ce livre est le premier d’une série, et Irma & Adriel reviendront dans d’autres aventures. J’avoue que le fait de suivre deux journalistes, et non pas des criminalistes, ou des policiers, m’a beaucoup plu, et change un peu des thrillers traditionnels. En effet, pas de procédures interminables ni de rapports difficiles entre services. Pas de super-flic rebelle, pas de hiérarchie autoritaire et envahissante. Je ne dis pas que je n’aime pas ça, mais j’ai apprécié de lire quelque chose d’un peu différent.

Mon ressenti

Même si nous sommes dans un registre différent, j’ai retrouvé avec plaisir la plume d’Azel : une écriture fluide, soignée, qui nous emmène rapidement dans l’histoire. J’ai trouvé la technique de l’alternance entre quatre personnages particulièrement bien employée ici. Elle nous permet de vivre l’intrigue à partir de divers angles de vue. La narration est spécifiquement travaillée : Irma et Adriel parlent à la 1re personne, alors que nous suivons deux autres protagonistes via un narrateur omniscient. Cela rythme le récit, et lui donne de la profondeur, mais cette technique permet surtout au lecteur d’être au cœur de l’intrigue.

Comme vous pouvez vous y attendre en lisant la 4e de couv’, le surnaturel est très présent dans « La Baie des Morts ». Azel Bury ne se contente pas de parler de fantômes. L’ambiance y est mystérieuse, et elle décrit les lieux de manière extraordinaire. L’auteure réussit à créer une véritable atmosphère mystique et à rendre authentique ce petit village. L’intrigue quant à elle est bien ficelée : pour une fois, la fin m’a vraiment surprise. De plus, les rebondissements intensifient l’émotion, là où certaines histoires finissent un peu mollement.

J’ai découvert, avec « La Baie des morts », une autre facette d’une auteure que j’aime beaucoup. Irma & Adriel sont des personnages attachants, atypiques, bien construits et ont tous les deux une identité profonde. Le récit est travaillé finement, et quand on sait qu’Azel n’est jamais allée en Écosse, la justesse des descriptions force le respect. Une preuve de plus que les auteurs autoédités méritent d’être lus.

Infos pratiques


Date de sortie : Novembre 2014

Autoédition

Prix du format numérique : 2.99€ chez Amazon

Prix du format broché : 15€ chez Amazon

Site de l’auteure : http://www.azelbury.org/

Une réponse

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :