Ilyes a quinze ans. Il est en classe de troisième dans un collège de banlieue. Lorsque Mehdi, un nouvel élève, arrive dans sa classe, ils deviennent rapidement amis. Par son comportement et ses propos antisémites, Mehdi exerce une influence négative sur Ilyes qui finit par se faire remarquer par Mme Lima, son étrange professeur d’histoire. Sans qu’il s’y attende, Mme Lima l’expédie dans le passé et Ilyes se retrouve brutalement à Paris, en 1942, sous l’Occupation allemande. Une leçon d’histoire d’un genre inattendu dont il ne sortira pas indemne…

L’auteur

logo-autoeditesJo Rouxinol est professeur d’Histoire-Géographie et Enseignement Moral et Civique en banlieue depuis 16 ans. Si l’univers scolaire est très présent dans ses romans, elle ne s’inspire pas de personnes réelles, mais plutôt d’émotions ressenties pendant les échanges qu’elle a avec ses élèves.

Mon ressenti

Le sujet dont traite ce roman jeunesse est délicat. Parce que les sensibilités des uns et des autres, les convictions, la propagande et la désinformation sont autant de vecteurs à prendre en compte. Parler de la Shoah est déjà particulièrement difficile. Mais discuter de la Shoah ET du conflit Israelo-Palestinien dans le même bouquin, c’est clairement courageux. Rassurez-vous, Jo Rouxinol ne nous fait pas un cours d’histoire. Elle raconte le voyage dans le temps d’un élève qui prête beaucoup d’attention aux propos antisémites d’un de ses camarades. Le conflit géopolitique est simplement effleuré, alors que la Shoah est vécue de l’intérieur par le personnage principal.

Il aurait été facile, surtout de la part d’une professeur d’Histoire, de faire de ce roman un donneur de leçons. Pourtant, aucun jugement n’est émis.

Un ton très juste

Au contraire, c’est comme si l’auteur nous présentait deux points de vue opposés. Sans les juger. Bien sûr, les personnages, prendront, ou non parti, mais nous ne sommes pas en présence d’une caricature. J’ai trouvé ce livre empli de douceur et de bienveillance, malgré le douloureux sujet dont il traite. De plus, il est très bien écrit : la plume de Jo est touchante, fluide. La narration à la première personne est là encore très bien choisie, puisqu’elle nous immerge totalement dans les pensées d’Ilyes, perdu dans un monde d’une autre époque. Surtout, le ton employé est tellement juste. Certaines phrases ont une force intrinsèque extraordinaire. En voici un exemple tiré du livre :

— Mais d’où sors-tu, Ilyes ? Les Séfarades sont les Juifs d’Afrique du Nord, comme toi. Moi, dont la famille vient de Pologne, je suis ashkénaze. Ce n’est pas du tout pareil.

Ah ouais, rien à voir, en effet. Ça doit être pour ça qu’on nous a collé à tous les deux la même étoile.

Le seul bémol (minuscule) : parfois, le registre de langue utilisé par Ilyes est un peu trop soutenu. À certains moments, le phrasé du garçon mériterait d’être plus familier, mais cela ne gêne absolument pas la lecture ni la crédibilité du personnage.

Comme je le disais en préambule, « Le Temps des Étoiles » est un roman destiné à la jeunesse. Je suis adulte, et pourtant, il m’a beaucoup touchée. Je pense surtout que c’est un excellent catalyseur de débat. Ce livre est un prétexte à ouvrir le dialogue, une invitation à discuter franchement, sincèrement, avec nos enfants du passé de l’Humanité, et de son pendant contemporain. Il devrait orner les bibliothèques de tous les adolescents, comme un hymne à la tolérance.

Infos pratiquesIlyes Le Temps des Etoiles


Date de sortie : 5 Décembre 2016 (actuellement disponible en pré-commande)

Auto-édition

Prix du format numérique : 2.99€ chez Amazon

Prix du format broché : 9.50€ (176 pages) chez Amazon

Site de l’auteur: http://jo-rouxinol.iggybook.com/fr/

Cet article m’a été envoyé par la maison d’édition ou l’auteur pour revue. Pour en savoir plus sur les conditions vous pouvez consulter la page A Propos, du site.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :