Marc Lauvergne est un écrivain renommé. Bien qu’enchaînant les best-sellers, sa réussite est affectée par l’angoisse, la peur de l’après, du retour à l’anonymat. Xavier, quant à lui, peine à écrire son premier roman, tournant autour des mots comme de sa vie. Un matin, alors qu’il flâne dans les rues d’Orléans à la recherche d’un second souffle, il se sent irrésistiblement attiré par une vieille machine à écrire dans la vitrine d’un antiquaire. Le vieil homme le met en garde : cet objet a fait perdre l’esprit à chaque personne l’ayant utilisé. Etait-il obligé d’inventer une telle légende pour attiser davantage son envie déjà obsessionnelle de la posséder ? Il pensait que cet achat compulsif allait changer le cours des choses, lui permettre de trouver enfin l’inspiration, de devenir le prochain Marc Lauvergne. Il était loin d’imaginer ce qui allait se produire.

L’histoire :

Xavier a arrêté de travailler pour se consacrer entièrement à l’écriture. Il rêve de devenir un écrivain célèbre, comme ce Marc Lauvergne dont sa femme raffole. Cette dernière, d’ailleurs, s’éloigne de plus en plus de Xavier depuis qu’il est à la maison. Elle le voit traîner, se replier, et en devient lasse. Les finances commencent à s’amenuiser sérieusement, et la situation lui semble désespérée, à tel point qu’elle songe au divorce.

Xavier, quant à lui, doute de son génie littéraire, et passe par hasard devant une boutique d’antiquité. Dans la vitrine de celle-ci trône une vieille machine à écrire, hors de prix. C’est le coup de cœur, et notre héros va dépenser ses derniers deniers pour ramener la vieille Underwood dans son bureau. Malgré les mises en garde de l’antiquaire, il s’attèle immédiatement à la tâche en tapant un texte d’insulte à l’encontre de celui qu’il considère comme son rival : le fabuleux Marc Lauvergne.

Il s’éveille quelque temps plus tard dans une pièce sombre et inconnue, où il a pour seule compagnie une femme ligotée presque nue qui s’égosille « Tu l’as tué ! »

Qui est cette femme ? Qui a été tué ? Où est-il ?

Mais surtout, qui est-il ?

Chronique :

Vincent Rémont a publié « L’effet miroir » chez Incartades Édition le 25 avril 2017. Il s’agit d’un thriller fantastique, qui sort un peu de l’ordinaire du genre. En effet, le récit ne contient pas d’intrigue policière.

La plume de l’auteur glisse facilement pour nous raconter l’histoire un peu folle de Xavier, apprenti écrivain sur la voie de la dépression, alors qu’il est sur le point de se séparer de sa femme. Pour ensuite nous présenter Marc Lauvergne, écrivain à succès, marié lui aussi. La plume vogue de personnage en personnage, permettant ainsi au lecteur d’appréhender les intrigues à partir de plusieurs points de vue. L’écriture est fluide, les chapitres courts, donc les changements de narration ne désorientent personne, et donnent, au contraire, un rythme effréné à la lecture. Plus on avance dans le livre, plus on se demande où tout va se mener, et l’on prend peur d’une fin rapide et bâclée, où tout reviendrait tout à coup à la normale : l’un des personnages se réveillerait, et soudainement, prendrait conscience que tout ça n’était qu’un rêve. Point final, livre suivant.

Eh bien non. Vincent Rémont nous emmène ailleurs. Dans un monde contemporain un peu magique, ou un élément surnaturel, un seul — l’effet miroir — instaure une belle profondeur à l’histoire, et nous donne envie de plus. La conclusion n’est pas bâclée. Elle est folle. Elle est surtout frustrante. Parce que le lecteur se retrouve devant un cliffhanger complètement inattendu, qui relie tous les éléments, mais aussi tous les personnages qui se sont croisés dans « L’effet Miroir ». Et l’on ne sait pas à quelle sauce on doit être mangé.

Doit-on imaginer nous-mêmes la suite ? Y en a-t-il une officielle de prévue ? Les deux solutions seraient envisageables. La première parce qu’elle permet au lecteur de se sentir considéré et de mettre en valeur son imagination. La deuxième parce qu’une plume pareille mérite d’être lue encore, et que l’histoire est tellement bien racontée que l’on en réclame la suite à corps à cris.

Infos Pratiques :l'effet miroir


Date de sortie : 11 avril 2017

Editeur : Incartades Editions 

Prix du format broché : 15€ sur Amazon

Prix du format numérique : 4.99€ sur Amazon

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :