Tino n’existe pas !
Tombé du ciel il y a près de trente-cinq ans, son père, un marginal sans nom porteur d’un lourd mystère, a oublié de le déclarer à l’État-Civil. Ils vivent tous deux à la périphérie de la civilisation et de ses dangers, sans autre identité que leur statut fragile de vendeurs nomades à la sauvette. Mais un jour, le patriarche meurt, laissant Tino seul face à un immense défi : s’inscrire dans le monde des hommes, en respectant la promesse qu’il lui avait faîte un jour de vivre plusieurs vies !

Premières impressions

J’ai lu ce livre dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 2019, car il fait partie des cinq finalistes de la catégorie Littérature Blanche.

Pour ceux qui ne connaissent pas le fonctionnement du Prix, je vous invite à aller voir sur le blog du site ou la page facebook (les liens seront en fin d’article), mais je vais quand même vous expliquer rapidement le processus. En tant que membre du jury, pour départager les candidats, nous avons à notre disposition trois éléments : la couverture, le résumé et les dix premières pages. Les trois vies de l’homme qui n’existait pas fait partie des extraits qui m’ont le plus marqués. Autant la couverture, pleine d’informations et de symboles que le résumé donnaient envie de plonger dans cet ouvrage, les dix premières pages se sont lues rapidement, laissant une frustration de ne pas avoir la suite entre les mains !

Après la lecture

Autant vous dire que j’attendais ce livre au tournant… Le problème avec ce genre d’extrait « coup de cœur », c’est qu’il y a un grand risque d’être déçue à la lecture. J’ai donc commencé ce livre avec envie et appréhension.  Heureusement, l’appréhension est partie bien vite aux oubliettes !

L’histoire de Tino est unique. Un beau matin, sa mère débarque chez son père avec un petit bébé qui vient de naître et s’en va sans se retourner. Le père de Tino, sous le choc, sans papier lui même, ne pense pas à aller déclarer le petit à l’Etat Civil… l’enfant n’a donc pas d’existence légale.
A la mort de son père, le trentenaire doit à présent tenir la promesse faite à son géniteur : vivre plusieurs vies.

L’intrigue tourne autour de ce thème : vivre. Vivre hors du système, vivre en respectant nos valeurs, vivre avec nos émotions, notre histoire. Vivre seul, vivre avec une autre, avec les autres, avec l’inconnu…
Nous suivons Tino (Antoine et Günther) dans la création et la réalisation de ses trois vies : Tino le marchand itinérant, Antoine l’auteur, et Günther, l’homme en quête de ses origines.  Chacune apporte son lot de questions et de doutes. J’avoue que la quête de Günther m’a totalement captivée, m’entraînant dans un pan de l’histoire que je connais mal.

Grâce à l’écriture à la première personne, le lecteur se sent proche du héros. J’ai réellement eu l’impression de faire route avec Tino et ses deux autres facettes dans sa quête. C’est un personnage profondément humain, qui se sort la tête haute de toutes les situations de la vie. Un vrai exemple !
En fait, dans ce roman, tous les personnages importants sont très bien réalisés, crédibles et attachants, à leur manière au moins.  Qu’ils partagent la vie de Tino depuis longtemps ou qu’ils ne soient qu’une page dans sa vie, tous apportent quelque chose d’intense et de profond à ce récit.

J’ai beaucoup aimé l’imbrication de l’intrigue. En lisant le résumé, j’avais peur de quelque chose de très linéaire, avec les trois vies successives. Heureusement, tout s’emboîte à merveille, nous découvrons présent et passé naturellement, sans flashback (ce qui est à mon sens une jolie prouesse).

Enfin, je ne peux pas faire une chronique sans parler de l’écriture de l’auteur. Je l’ai trouvé particulièrement adaptée à l’histoire, au récit. Calme et lente au début, de plus en plus rapide, mais toujours emprunte de poésie et de sagesse. J’ai passé un excellent moment de lecture. D’ailleurs, je remercie Laurent Grima pour m’avoir fait manquer mon arrêt de bus et pour avoir dû marcher 15 minutes sous la pluie battante…  C’était mon premier roman de cet auteur, j’ai déjà ajouté (re)vivre dans ma Pile-à-lire. Laurent Grima est définitivement un auteur à suivre, et je pense qu’il sera bientôt sur le devant de la scène littéraire !

En bref : 

Auteur :  Laurent Grima
Titre :  Les trois vies de l’homme qui n’existait pas.
Editeur :  Libirinova / . Autoédition

Pour vous procurer cet ouvrage, c’est par ici !

 

Le Prix des Auteurs Inconnus (PAI)

#Prixdesauteursinconnus2019 #PAI #PAI2019

Lien vers la page FB du PAI : https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/

Lien vers le blog du PAI : http://www.prixdesauteursinconnus.com/

Lien vers instagram du PAI : https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus/ ou @prixdesauteursinconnus

Lien vers Twitter : https://twitter.com/prixdesai ou @prixdesai

#PAI2019 #PAI #Prixdesauteursinconnus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :