En emménageant dans leur nouvelle demeure,Virginie espérait que cela ressouderait les liens familiaux mis à mal. Mais très vite, des choses étranges se produisent : des ombres semblent se faufiler la nuit, des murmures se font entendre, ses parents se mettent à agir bizarrement… Le havre de paix qu’elle avait imaginé se transforme lentement en piège impitoyable. Bien décidée à résoudre le mystère qui plane sur la demeure, elle croisera la route de l’inspecteur Vernan. L’homme est toujours obsédé par le massacre qui a eu lieu dans la bâtisse bien des années plus tôt et semble en savoir plus qu’il ne veut le dire. Lorsque de nouveaux meurtres sauvages se produisent dans le quartier, le policier et l’adolescente fouilleront dans le passé pour trouver la clef de l’énigme. Et ce qu’ils découvriront dépassera de loin le pire de leurs cauchemars.

Ce roman est le premier que je lis de Frédéric Livyns, et j’en profite pour remercier une nouvelle fois mon amie Muriel pour ce beau cadeau. Cet auteur belge, lauréat par deux fois du prestigieux prix Masterton, évolue dans un genre que j’affectionne de lire de temps à autre : le fantastique horrifique. L’épouvante comme on l’appelait du temps de mon adolescence et de mes premières amours littéraires. A l’époque, je lisais tout ce qui paraissait dans ce style : King, Barker, Campbell, Herbert, Koontz, Saul, Strieber et j’en passe… ainsi que Lovecraft et Masterton bien sûr. J’y suis restée fidèle et alterne les thrillers-policiers, mon genre de prédilection actuel avec ce genre particulier apprécié par certains connaisseurs mais boudé par la majorité des lecteurs.

Pourtant, souvent, ils ne savent pas ce qu’ils perdent…

On retrouve ici tous les codes du genre, un climat noir, oppressant et anxiogène qui s’installe peu à peu, par petites touches, au début une porte qui claque ou au contraire qui s’ouvre en grinçant, des murmures dans la nuit, des ombres bizarres, un mal-être inexplicable. La tension et l’angoisse sont distillées insidieusement au fil des pages pour se muer progressivement en peur, en terreur, puis en horreur avec la descente aux enfers d’une gentille famille.

L’auteur arrive à renouveler le genre en traitant de manière originale un style d’histoire pourtant déjà vu. Une trame policière ajoute de l’intérêt à l’intrigue et la psychologie des personnages, assez bien fouillée, de la crédibilité à l’ensemble.

Ajoutez à cela une certaine sobriété dans le gore, une absence de surenchère qui laisse la part belle à l’imagination, bien plus productive en stress pour moi que la description pure et dure, et vous obtenez un très bon roman du genre, apte à vous donner des sueurs froides et à vous faire dresser les cheveux sur la tête sans pour autant être dégoulinant d’hémoglobine. L’ensemble est très justement dosé afin de ne point trop en faire et contribue à faire de ce livre une belle réussite, servie par un style carré et clair qui ne s’embarrasse pas de fioritures et qui présente un fort pouvoir addictif.

Je le recommande à tous ceux qui aiment ce genre mais aussi à tous ceux qui ne connaissent pas et ont assez de curiosité ou d’ouverture d’esprit pour vouloir s’y frotter.

 

 

 

Une réponse

  1. Passion Jeux olympiques d'hiver 2018

    Cela fait quelques temps que je souhaite découvrir cet auteur. Ton avis me confirme cette idée de me lancer

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :