À tout juste 20 ans, alors qu’il chahute avec des amis, Fabien heurte le fond d’une piscine. Les médecins diagnostiquent une probable paralysie à vie. Dans le style poétique drôle et incisif qu’on lui connaît, Grand Corps malade relate les péripéties vécues avec ses colocataires d’infortune dans un centre de rééducation. Jonglant avec émotion et dérision, ce récit est aussi celui d’une renaissance.

Grand Corps Malade, de son vrai nom Fabien Marsaud, est en 1977, sous le soleil de la Seine-Saint-Denis. Enfant, il veut devenir prof de sport. Mais la vie lui réserve un autre destin. Armé d’une béquille et d’un stylo, il se lance dans la musique : en 2006, son premier album, Midi 20, se vend à plus de 600 000 exemplaires et l’artiste est primé deux fois aux Victoires de la musique.

 » Grand Corps Malade réussit la prouesse de décrire l’horreur absolue en y ajoutant des touches d’humour et de jubilatoires formules poétiques. « 

Le Nouvel Observateur

MON AVIS:

Un beau témoignage qui offre une vision de la rééducation, des soins après un accident. Fabien, Grand Corps Malade, nous invite à découvrir l’envers du décor, le quotidien de ces accidentés qui sont devenus paraplégiques, tétraplégiques… On vit au jour le jour à travers ses yeux. Avec des mots simples, sans fioritures, on découvre les soins, les douches… Fabien a eu plus de chance que ses camarades, il recouvre sa mobilité.

Un roman simple qui nous laisse embarquer dans ce Monde et nous fait prendre conscience de la vie de ces hommes et femmes qui doivent accepter leur nouvel état.

J’ai vraiment aimé, je l’ai lu d’une seule traite. On ne se pose jamais certaines questions, elles ne nous effleurent même pas. Mais quand on lit son témoignage, on réalise alors certaines choses sur leur quotidien. Comme pour Fabien le mot « handicapé » sonne à une mauvaise fréquence pour moi, il est péjoratif. Toutes ces personnes sont comme nous, il ne faut pas s’arrêter à leur problème de santé, mais voir au-delà.

Pour le commander: ICI

Ce livre a également été chroniqué par Virginie. 

Une réponse

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :