Attention, cette nouvelle peut heurter la sensibilité des esprits les plus délicats.

Corinne, jeune française vivant à Berlin, fuit un mari infidèle et violent. Accompagnée de son fils de dix ans, elle trouve refuge au fin fond de la Creuse, dans la ferme de ses parents, paisibles agriculteurs retraités. Ce séjour va être l’occasion de remuer le souvenir de sa sœur et lever des secrets de famille profondément enfouis.

L’auteur 

Frédéric Soulier est un auteur français autoédité né en Charente. À quarante ans environ, il a déjà rédigé quatre romans de genres différents, et plusieurs nouvelles.

Mon avis

L’histoire, comme la 4e de couverture, relate, de prime abord, une situation banale dans ce registre. Une femme battue fuit son mari, avec son fils, et se réfugie chez ses parents. Corinne est française, mais vit à Berlin avec son mari allemand, et leur enfant. Les parents de notre héroïne habitent quant à eux, au fin fond de la campagne française. Agriculteurs à la retraite, ils accueillent avec plaisir leur fille et leur petit-fils.  Ce dernier se montre assez froid, principalement avec son cousin, adopté par ses grands-parents suite à la disparition de sa mère, la sœur de Corinne. Celle-ci a disparu volontairement plusieurs années auparavant, et c’est un souvenir douloureux pour la famille.

En quelques dizaines de pages, Frédéric Soulier déroule devant nous le fil de l’histoire de cette famille banale. Alors que le format est court, le lecteur a l’impression de lire un récit très complet. L’auteur écrit dans un vocabulaire parfait, parfois même soutenu. Cela ravira les lecteurs exigeants, mais pourra décourager ceux qui cherchent une lecture plus facile. Néanmoins, l’intrigue est très bien ficelée, le suspens bien travaillé, et alors que les indices nous mènent dans une direction, la chute qui se profile est bien différente de ce à quoi à l’on s’attend.

La facilité avec laquelle Frédéric Soulier transforme’une ambiance familiale tranquille en une ambiance glauque et sordide est déconcertante, le tout dans un langage et une syntaxe irréprochable, et surtout en seulement cinquante-sept pages. Pétrichor, dans un tout autre registre que Le Trou de Ver dans la Maison du Crack, est un thriller très efficace. De ceux qui nous plongent dans les limbes de la déchéance humaine. Qui nous font regarder d’un œil plus méfiant les gens sans histoires, calmes et gentils. De ceux qui nous rappellent que les monstres existent.

Infos pratiques :


Date de sortie : Juin 2016

Prix du format numérique : 0,99 € sur Amazon

Site de l’auteur : http://aspirant-auteur.over-blog.com

 

 

 

8 Réponses

  1. Hamisoitil

    L’histoire m’a l’air d’être très intéressante à lire, par-contre, la couverture, houlala ! Je vais tout de même le noter !
    Merci pour la découverte !

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :