Quand il s’est envolé pour la Thaïlande, Alain n’imaginait pas rencontrer Wannapa. Voilà peut-être le signe qu’il attendait… Seulement, la jolie Thaïe semble écrasée par son passé. Qui est cet inconnu qui la poursuit ? D’où viennent ses étranges cicatrices ? Pourquoi est-elle en proie à des angoisses, de plus en plus envahissantes ? Qui est vraiment la femme qu’Alain veut épouser ? Du temple de Phrom Thep aux frontières du Myanmar, il va remonter le fil du passé ; et découvrir, dans toute son horreur… la vérité.

Chronique :

Phrom Thep est un roman, un long roman. Un thriller, écrit à partir de certains faits réels. Il nous raconte l’histoire de Alain, photographe un peu à la dérive, qui part en Thaïlande afin de faire quelques clichés, et remplir sa vie, trop vide ces derniers temps.

L’auteur nous fera suivre trois intrigues.

La première est celle de notre personnage principal : Alain. Il arrive en Thaïlande avec un visa touristique, et loge dans une villa louée par un hôtelier, avec qui il va sympathiser rapidement. Ce dernier, Vincent, va lui faire découvrir les délices locaux. Et bien évidemment, en Thaïlande, « délices » ne riment pas qu’avec gastronomie.

La deuxième intrigue nous fait suivre un drogué psychopathe. Frère du chef d’une organisation mafieuse, complètement dépendant au crack, il espionne sa prochaine victime.

La troisième est politique. Un ancien ministre prépare un coup d’État contre la monarchie en place. Il vient de découvrir une information qu’il pourrait utiliser comme « arme secrète », afin de discréditer le Roi, et ainsi prendre sa place plus facilement.

Si les trois intrigues sont indépendantes les unes des autres au départ du roman, on se doute qu’elles finiront par se croiser au fur et à mesure de la lecture.

Un auteur immergé dans le contexte de son roman.

De rebondissement en rebondissement, des certitudes aux doutes, c’est dans un décor planté magistralement que l’auteur nous immerge pour nous faire danser entre les lignes de son ouvrage. Que Marc Lasnier vive à Phuket depuis 2012 est une chose, qu’il sache décrire son pays d’adoption avec tant de talent en est une autre. Les études scénaristiques l’ont sans doute aidé à mettre en scène ce thriller, mais sa plume est rondement taillée pour amener le suspens et faire douter le lecteur.

Car même si certains événements seront devinés par les amateurs chevronnés, personne ne pourra être certain de détenir la vérité avant la fin de l’histoire. Car jusqu’à la dernière ligne, Marc Lasnier nous tient en otage, et se joue des certitudes que l’on se sera forgées au fil de notre lecture.

Je dois dire que cela faisait longtemps qu’un roman ne m’avait happée de cette manière. J’ai particulièrement apprécié sa longueur et sa profondeur. Il m’a fallu deux jours (et je suis en vacances, dont je lis une dizaine d’heures par jour), pour terminer le livre. Ce n’est pas un page-turner, et l’on n’avale pas les pages pour vite connaître la fin de l’histoire. Mais chacune des descriptions apporte quelque chose au récit. Rien n’est superflu. Et chaque détail a son importance dans ce thriller formidablement articulé.

Finalement, on aime ce livre comme on aime regarder un bon thriller au cinéma. On y frissonne, on y doute, et après avoir été certain d’avoir deviné la fin, on se rend compte, parfois, qu’on est complètement à côté de la plaque. On aime à y être surpris, et surtout, on se sent ailleurs, du début à la fin, et l’on devient nostalgique dès la dernière page tournée. Prêts à embarquer pour les nouvelles aventures d’Alain et Wannapa.

Infos pratiques :

Auto-édition

Date de sortie : Décembre 2016

Prix du format numérique : 1.99€ sur Amazon

Prix du format broché : 23.21€ sur Amazon

Page Facebook de l’auteur : https://www.facebook.com/Marco.lasnier

Cet article m’a été envoyé par la maison d’édition ou l’auteur en service de presse. Pour en savoir plus sur les conditions vous pouvez consulter la page A Propos, du site.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :