Nathalie et ses enfants, Simon et Adam, ne possèdent plus rien, et ne sont plus personne.
En compagnie de Joshua, le patriarche, et de dizaines de leurs semblables organisés en clans, ils vivent sur une décharge qui s’étend à perte de vue et dont ils tirent tous leurs moyens de subsistance.
Leur vie conserve pourtant une valeur aux yeux de certains.
Une valeur marchande.
Joshua et les siens vont faire l’objet d’un terrible tourisme.

 

Chronique

Quand on lit du Cetro c’est toujours une expérience éprouvante. Comme je l’ai déjà dit au sujet de « Au bout du chemin », il s’ingénie, en véritable terroriste émotionnel, à faire de nous de pauvres marionnettes ballottées sur les flots d’émotions absolument extrêmes produites par un style très expressionniste et des situations qui nous poussent dans nos retranchements. Mais c’est aussi une incursion à l’intérieur du cœur d’un homme qui, sous des dehors bourrus, se préoccupe plus d’écologie, de justice, d’équité, d’amitié et même d’amour que la moyenne et surtout qu’il ne veut bien le faire croire.

Ici, il met en exergue encore une fois ce que l’humanité peut receler de pire mais aussi de meilleur en exaltant la solidarité, le partage et l’amour de son prochain. C’est un thriller d’anticipation tout autant qu’une critique de notre société, contenant des scènes-choc très dures, mais aussi des moments émouvants et bouleversants, des scènes cocasses et des accents poétiques. Dans ce roman, qui m’a rappelé par certains côtés « Au nom de l’Art » et « Au nom de la vie », nous avons affaire à une belle brochette de « méchants », menés par une affreuse, aussi vile à l’intérieur qu’elle est belle à l’extérieur, et qui pourrait s’être échappée des deux livres que je viens de citer et avoir juste changé de nom… et de métier… En face d’eux, des hommes et des femmes, mais aussi des enfants, rejetés par la ville, mis au ban de la société, niés et effacés du paysage parce qu’ils sont différents, dérangent, ou culpabilisent et qui vont se révéler incroyablement débrouillards, ingénieux et surtout « humains ». Humains dans leurs bons côtés comme dans leurs failles, dans leurs défauts comme dans leur force.  Je me suis beaucoup attachée à ces personnages exceptionnels trouvés dans la lie de la société, à tel point que j’ai pleuré du sort réservé à l’un deux…

Et que dire de la plume qui n’aurait été déjà écrit ou que je n’aurai exprimé moi-même au fil de mes différents retours ? C’est toujours un enchantement pour moi que de l’entendre rire, ronronner, couler à mon oreille. Elle peut se faire douce et caressante mais peut aussi pleurer, crier, hurler, cracher, vomir à la face de l’humanité dont nous faisons partie pour nous faire comprendre que nous pourrions, avec quelques efforts, changer cet avenir bien sombre qui nous guette.

Cedric Veto nous malmène, oui, mais toujours il joue, jongle et danse avec les mots, il les fait briller, et avec eux s’élancer et s’envoler notre âme.

Pour acheter ce livre

Titre : Recyclés
Auteur : Cetro
Auto-édité

Pour acheter ce livre sur Amazon

 

A propos de l'auteur

Tombée toute petite dans la lecture, je possède près de 2000 livres et ne cesse d'enrichir ma collection. Depuis peu j'ai découvert le monde de l'auto-édition et j'ai la grande chance de travailler avec des auteurs indépendants de talent qui m'ont confié leurs manuscrits et m'ont accordé leur confiance. Cela me permet de me réaliser dans un domaine qui me passionne : la lecture !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :