» Pour la plupart des gens, le rêve s’arrête au réveil. « 

Si ce n’étaient ses cicatrices et les photos étranges qui tapissent les murs de son bureau, on pourrait dire d’Abigaël qu’elle est une femme comme les autres.

Si ce n’étaient ces moments où elle chute au pays des rêves, on pourrait jurer qu’Abigaël dit vrai.

Abigaël a beau être cette psychologue qu’on s’arrache sur les affaires criminelles difficiles, sa maladie survient toujours comme une invitée non désirée. Une narcolepsie sévère qui la coupe du monde plusieurs fois par jour et l’emmène dans une dimension où le rêve empiète sur la réalité. Pour les distinguer l’un de l’autre, elle n’a pas trouvé mieux que la douleur.

Comment Abigaël est-elle sortie indemne de l’accident qui lui a ravi son père et sa fille ? Par quel miracle a-t-on pu la retrouver à côté de la voiture, véritable confetti de tôle, le visage à peine touché par quelques bris de verre ? Quel secret cachait son père qui tenait tant, ce matin de décembre, à s’exiler pour deux jours en famille ? Elle qui suait sang et eau sur une affaire de disparitions depuis quelques mois va devoir mener l’enquête la plus cruciale de sa vie. Dans cette enquête, il y a une proie et un prédateur : elle-même.

L’auteurfranckthilliez

Avec seize romans à son actif en une douzaine d’années,  une dizaine de nouvelles publiées, mais également sa participation à des scripts de téléfilms, Franck Thilliez est devenu en quelques années un auteur incontournable pour les fans de thrillers. Habitant dans le Nord de la France, (le Pas de Calais pour être exacte), né à Annecy il y a une quarantaine d’années, il alterne les one-shots et les romans présentant les aventures de deux flics, Sharko, et Henebelle. L’auteur, a déjà vu un de ses romans (La Chambre des Morts) adapté au cinéma, et un deuxième (La forêt des ombres) serait en cours d’adaptation. Une option a également été prise sur les droits de Syndrome E, par un producteur Hollywoodien.

Mon avis

L’histoire

Abigaël, psychologue chevronnée, consultante pour la police, travaille sur une affaire particulièrement difficile d’enlèvements d’enfants. Mais cette maman a un rapport particulier avec le sommeil : elle souffre de narcolepsie. Son quotidien est donc entrecoupé par des siestes, dont elle ne décide ni de l’endroit, ni du moment. Pendant ces temps de repos, Abigaël rêve. Mais ses rêves ont le goût de la réalité, et elle finit par ne plus savoir dans quel monde elle est. Alors elle se fait du mal, physiquement, pour vérifier si elle est dans l’univers onirique, ou dans la réalité. Mais quand les deux s’entrecroisent et qu’elle n’arrive plus à les distinguer, elle commence à perdre pieds…

Mon ressenti

J’ai découvert Franck Thilliez en 2007. Je m’en souviens, parce que j’étais enceinte de ma fille, et que je suis tombée sur deux bouquins dans un Carrefour pendant ma pause au boulot, « Maléfices », de Maxime Chattam, et « Train d’enfer pour ange rouge », de Thilliez donc. Ils étaient en promo, je ne connaissais pas, je me suis dit que ça avait l’air bien. Depuis, j’ai lu quasiment tous les Thilliez, (je les ai tous, mais je suis trèèèèès en retard dans mes lectures). Idem pour les Chattam, mais ce n’est point le sujet ici n’est ce pas 😉 Ce que j’aime chez Thilliez, c’est cette dimension authentique, réelle, qu’il arrive à injecter dans ces bouquins. Ce petit côté « scientifique » qu’il y a dans ses romans, et qui fait que même si on sait que c’est de la fiction, un petit truc au creux de l’estomac nous dit que, horreur et damnation, ça pourrait vraiment arriver.

Je suis insomniaque, par période, depuis que je suis toute petite. Et c’est justement pendant une période d’insomnies que je me suis mise à lire Rêver.

Par chance, même si j’ai la version papier (dédicacée, grâce à Olivier de Humeurs Noires, merci encore!), j’ai gagné l’ebook sur la page Facebook de la maison d’édition  12-21 (adaptation numérique des livres publiés par les maisons d’édition du groupe Univers Poche), et je dois avouer que pour lire la nuit dans mon lit, c’est bien plus pratique. Je n’en menais tout de même pas large, je sais que certains Thilliez sont assez effrayants, non pas dans la description qui serait trop gore, même si parfois, on peut lire certains passages un peu violents, mais psychologiquement parlant. Et lire un bon gros thriller psychologique la nuit, quand tout le monde dort, ben parfois, moi, ça me fait flipper. J’ai finalement dévoré Rêver en une nuit. Je n’ai pas réussi à en décrocher. La construction chronologique particulière fait qu’il faut être bien concentré quand on entame le bouquin, sinon, je pense qu’on décroche. A éviter quand il y a du bruit autour, ou si on est assez fatigué. J’ai adoré les deux intrigues en parallèle : d’un côté, l’intrigue purement policière, l’enquête sur les disparitions d’enfants sur laquelle travaillent Abigaël et l’équipe de police, puis, de l’autre, l’intrigue sur l’accident du père et de la fille d’Abigaël. Ce petit côté compliqué m’a passionné. C’est un livre où il faut réfléchir, comprendre et observer. Être attentif est impératif, tant pour la compréhension de l’histoire que pour la petite surprise que l’auteur nous fait à la fin du livre. Passer sans arrêt du monde des rêves à la réalité d’Abigaël, sans bien savoir dans quel univers elle se trouve réellement, ni à quel moment, est très troublant dès le départ. Et même si on s’habitue à ce mécanisme chronologique complètement bouleversé, il s’agit là d’un exercice intellectuel carrément original et tellement plaisant! Je crois qu’aucun Thilliez ne m’a jamais déçue. Mais celui-ci est sans conteste un de mes préférés.

J’ajouterai une chose également, en l’effleurant simplement pour ne pas trop en dévoiler : la surprise de fin est pour moi symptomatique d’une caractéristique que j’aime beaucoup chez Franck Thilliez (du moins chez l’auteur, je ne le connais pas personnellement), sa générosité. Il fait partie de ces auteurs qui ne se bornent pas à écrire une histoire. Ils la font vivre.

Infos Pratiques


Date de sortie : mai 2016

Éditeur : Fleuve Editions

Prix du format numérique : 15.99€ chez Amazon

Prix du format broché : 21.90€ chez Amazon

Site  de l’auteur : http://www.franckthilliez.com/

 

 

3 Réponses

  1. Dareel

    Je suis tout à fait d’accord avec toi quand à la « deuxième fin » ! C’était une idée top.

    J’ai également flippé à certains moments, c’était bien angoissant comme lecture.

    Et ça doit l’être encore plus quand on est soi-même insomniaque haha !

    Répondre
    • Virginie

      Oui, surtout quand il fait noir et que le chat s’amuse à faire des bêtises l’air de rien, me faisant sursauter régulièrement! :p

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :