« Nostalgie, puissance évocatrice des souvenirs.

Après dix ans d’absence, me voici de retour sur les terres qui m’ont vu naître, pour accompagner mon père dans ses derniers instants. Tout revient peu à peu avec une force inouïe. mes joies d’enfant aimé et heureux, mais aussi mes terribles peines, celles que j’aurais préféré voir rester enterrées à jamais.

Qu’est-ce qui m’a forcé à partir, voilà maintenant dix ans? Qu’ai-je donc fui? »

Je l’ai déjà dit, je le dis à chaque nouveau roman, et je ne cesserai de le clamer haut et fort, Cédric Veto est l’un de mes auteurs préférés. Parce qu’il sait nous parler, toucher notre cœur, en tout cas le mien, qu’il soit tour à tour d’enfant, d’adulte, de femme (amoureuse ou veuve éplorée) ou bien de mère.

Il a l’art et le talent immense de savoir raconter, peindre et dépeindre, à petites touches, avec des mots toujours justes, ce qui peut nous émerveiller, nous attendrir, nous faire rêver ou au contraire nous horrifier, nous désespérer, nous faire pleurer.

Dans la même veine que son roman « Au bout du chemin », « Je reviendrai hier » est une oeuvre inclassable, qui parle de la vie, de la famille, de l’amitié, de l’amour. Une histoire pétrie de bons sentiments mais qui n’occulte en rien les dures réalités de l’existence et de notre monde parfois si violent et injuste : la maladie, la mort, l’exclusion, la peur engendrée par la différence, la maltraitance infantile sont quelques uns des thèmes abordés. On y parle aussi de l’amour de la nature, des choses simples, ça pique le cœur, retourne les tripes et fait pleurer les yeux. On y ressent encore une fois toute la profonde humanité dont fait preuve l’auteur qui a mis dans son texte à nouveau certainement beaucoup de lui.

Une fois n’est pas coutume, y est décrite une scène d’amour très intense bien qu’assez crue, mais absolument magnifique.

Une histoire surprenante aussi, car, si j’avais compris assez tôt une partie de l’intrigue, j’avoue que je n’ai rien vu venir quant aux révélations finales.

Un roman qui touchera particulièrement tous ceux qui se sentent concernés par les maux actuels de notre monde et ceux qui auront gardé un peu de leur âme d’enfant.

Un petit bijou d’émotions pures, des images et des tournures extrêmement poétiques, une petite perle de littérature puisque le style, y est, comme à l’accoutumée, très travaillé et notre belle langue parfaitement maîtrisée.

Une totale réussite, un coup de cœur phénoménal…

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :