logo-autoeditesL’auteur

Pierre Thiry ne peut pas s’empêcher d’écrire. Il a publié Le Mystère du pont Gustave-Flaubert (2012) Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines (2011), Ramsès au pays des points-virgules (2009). Il anime régulièrement des ateliers d’écriture, est titulaire d’un Master en Sciences Humaines et Sociales et d’une Maîtrise en droit et il s’est formé à l’animation d’ateliers d’écriture auprès du CICLOP (Centre Interculturel de Communication, Langues et Orientation Pédagogique – Paris). Pierre Thiry a été administrateur de théâtre, vendeur de disques, étudiant en droit, élève de violoncelle au conservatoire de Rouen, entre autre.

4ème de couv’

Ces cent sonnets ont été écrits un peu n’importe quand, lorsque j’avais du temps : à l’arrêt d’autobus, sur le quai de la gare SNCF, dans un train, sur une terrasse de café, dans une salle d’attente, sur un coin de table durant un repas ennuyeux, dans ma cuisine, dans mon bureau, dans un magasin de chaussures, en attendant mon tour à La Poste, en discutant avec ma coiffeuse, en attendant un dessert au restaurant, en marchant en forêt, en essayant une nouvelle chemise, en lisant un livre, en marchant sous la pluie, en savourant un concert, en rêvant au sourire chaleureux de la meilleure des amies, en écoutant converser les sansonnets au-dessus de l’étang des cygnes…

Mon ressenti

La poésie n’a jamais été une de mes passions de lecture. Et très sincèrement, au delà des poèmes récités à l’école, je n’ai pas souvenir d’avoir lu de poésie. Alors, n’allez pas croire que je n’aime pas ce genre, bien au contraire. C’est juste que la poésie que je préfère est celle, subtile, qui se mêle à notre quotidien et illumine les instants précieux, comme les plus anodins. Peut-être aussi parce que je considère que coucher des mots sur du papier, ou sur un écran, est déjà une poésie en soi. Néanmoins, ce fut une délectation de lire « Sansonnets un cygne à l’envers ». Pourquoi? Parce qu’il s’agit ici d’un réel travail minutieux d’écriture. Pierre Thiry joue avec les mots comme un virtuose littéraire. Finalement, ce recueil n’en est pas un : il est un exercice, que dis-je, cent exercices, qui se succèdent et ne se ressemblent pas. Hommages à Verlaine, à Rimbaud, côtoient les acrostiches et les bouts rimés. Tout ça en sonnets, s’il vous plaît.

Pour terminer, non content de ses acrobaties littéraires, Pierre Thiry nous gratifie d’une post-face des plus complètes, sur l’origine des sonnets, leurs us et coutumes, leurs légendes, et nous offre même une technique, une recette, comme il dit, pour écrire notre roman.

Je ne sais pas (et l’auteur le dit-lui même en préface, il ne le sait pas non plus) si ce livre peut-être réellement qualifié de « poésie » au sens strict et scolaire du terme. Il a plutôt toutes les caractéristiques d’un manuel, d’un exemple. Un livre de cuisine de poésie. Il est certes très technique, mais à la fois très agréable à lire. Un régal!

 

Infos pratiques

poésie pierre thiry
Date de sortie : février 2015

Editeur : auto-édition

Prix du format broché : 7€ sur Amazon

Non disponible en format numérique

Site internet de l’auteur : www.pierrethiry.wordpress.com

Ce livre m’a été envoyé par la maison d’édition ou l'auteur pour chronique. Pour en savoir plus sur les conditions vous pouvez consulter la page A Propos, du site.


3 Réponses

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :