Vices, 1ère et 2ème enquêtes, Gipsy Paladini | Beltane (lit en) Secret

 » Fais tout de même attention. C’est quand on baisse la garde que les chiens attaquent. « 

Le temps où Marie se rêvait en justicière insoumise appartient au passé. Arrachée à sa campagne natale, condamnée aux artères viciées de la ville qui accueille la Brigade des jeunes victimes, où elle officie en tant que lieutenant, la jeune provinciale avale des couleuvres. Car sur le terrain, la justice est un concept. Suicides, harcèlements, disparitions, viols… Et comme si la cruauté du monde ne suffisait pas, Marie doit au plus vite se faire une place au sein d’une équipe de flics à vif.
Qui est l’homme dont Zolan crie le nom chaque nuit ? D’où vient cette fureur qui dévore Sophie ? Pourquoi, chaque premier jeudi du mois, le commandant reçoit-il toujours la même carte postale ? Voilà autant de secrets dissous dans les ténèbres urbaines au fond desquelles Marie espère enterrer le sien…

Si le monde selon Gipsy Paladini se donne sous ses atours les plus noirs, ne vous fiez pas aux apparences : sa voix est lumineuse et perce avec rage l’obscurité.

Chronique :

Ce livre, je l’ai attendu avec impatience. J’ai découvert Gipsy sur le tard, alors qu’elle avait déjà publié ses deux premiers romans, « Sang pour Sang », et « J’entends le bruit des ailes qui tombent » . Je les avais adoré, et c’est d’ailleurs la lecture de Sang pour Sang qui m’avait donné l’envie d’ouvrir ce blog. A l’époque, les livres avaient été publiés en auto-édition. C’est désormais publiée chez Fleuve  (maison d’édition, entre autre, de Franck Thilliez, s’il vous plait ) que Gipsy Paladini revient dans les librairies.

Le format

« Vices » se présente sous un format particulier. Depuis quelque temps déjà, fleurissent en numérique les « séries » littéraires. Des histoires se déclinant en épisodes plus ou moins courts, sur un même thème, reprenant les mêmes personnages. Cette tendance fait écho à la mode des séries télévisées. J’en ai déjà chroniqué ici. Si les deux premiers épisodes de « Vices » (il y en aura huit au total) sont réunis en un seul et même volume papier, c’est séparément que vous les lirez sur votre liseuse puisqu’ils sont vendus à l’unité en numérique. Les épisodes sont indépendants, à la manière d’un épisode de série télévisée policière. En effet, chacun d’entre eux présente une seule enquête. Mais, comme pour leur pendant audiovisuel, il est préférable de les lire dans l’ordre afin de bien saisir l’essence et l’évolution des personnages. L’auteur nous indique en début d’épisodes, les musiques qui l’ont inspirée lors de l’écriture, et nous conseille de visionner les clips afin de s’immerger dans l’ambiance. C’est de plus en plus fréquent chez les auteurs, et je trouve ça formidable. Certains, comme Maxime Chattam, publie une playlist complète sur Internet.

Les enquêtes

Alors que Gipsy nous avait habituée aux bas-fond de New York et à la noirceur des années 60, elle nous parachute cette fois dans une France contemporaine au ciel couvert de grisailles, parfois percé par quelques éclaircies. Elle prends d’ailleurs le parti (fortement apprécié pour ma part) de pas nommer la ville où se situe l’action et d’inventer totalement une brigade afin de ne pas s’embarrasser de détails techniques et procéduriers à respecter, qui,  parfois, entravent la liberté d’un auteur (et l’adhésion du lecteur éclairé). La Brigade des Jeunes Victimes s’occupe, comme son nom l’indique, d’enquêtes dans lesquelles les victimes sont jeunes. Enquêtes variées donc, puisque la seule condition est l’âge de la victime.

Maintenant que le cadre est posé, allons dans le vif du sujet.

Le traitement des enquêtes est, à mon goût, classique, déjà vu. Peut-être un peu trop. J’ai l’habitude de parler de « clone » en littérature pour parler des romans qui ne font que reprendre une recette pour coller à un genre. J’ai eu vraiment cette impression en lisant ces deux premiers épisodes. Pour être honnête, je me suis même demandée un instant si ce n’était pas dû au changement de statut de l’auteur, qui est passé d’auto-édité, à publiée par une (grosse) maison d’édition, et à des demandes de retouches et de « lissage » pour mieux coller à un lectorat du polar à la Harlan Coben (J’en fais partie, je ne porte aucun jugement, c’est juste un constat. Les bouquins de Harlan Coben comportent tous les mêmes « ingrédients », comme ceux de Marc Lévy, et bien d’autres.) Peut-être est-ce simplement dû à mes deux précédentes lectures, très sombres, qui m’ont vraiment pris les tripes et desquelles j’ai du mal à sortir. Je n’ai pas la réponse, mais je suis toujours honnête dans mes retours. J’aurai pu vous dire que Vices était le meilleur livre de l’univers, ou même simplement qu’il était génial juste parce que j’adore Gipsy (sincèrement, et elle le sait) et que ses deux premiers bouquins font partie de mes livres préférés. Mais alors que je m’attendais à du très lourd, j’ai été un peu déçue. Sans doute la faute peut-elle être aussi en partie attribuée au format choisi pour cette publication. Le cadre doit être posé, les personnages doivent être mis en place, et tout ça prend du temps. Le choix d’enquêtes plus « lisses » pour les premiers épisodes a pu être délibéré pour ne pas perdre le lecteur. Il y a beaucoup de personnages, ils ont pour la plupart une histoire personnelle bien chargée. Alors ajouter des enquêtes complexes et trop chargées en émotion aurait pu être contre-productif.

Les personnages

Je suis complètement charmée par les personnages. La noirceur, la complexité, le glauque, l’authenticité… tout ce qui m’avait plu dans les précédents livres de l’auteur se retrouvent dans Marie, dans Zoltan, dans Sophie, et les autres. Leurs histoires personnelles sont distillées par bribes au fur et à mesure de leurs interactions. Chacun lutte à sa manière contre ses propres démons, et c’est finalement ici que se trouve tout l’intérêt de Vices. Ici que l’on reconnait le style Paladini.
Marie, la petite nouvelle, femme aux milles facettes et au secret bien gardé. Zoltan, qui cristallise à lui seul le côté bohème de l’auteur et ses attaches personnelles à la culture slave. Sophie, la grande méchante toujours en colère qui cache forcément des blessures profondes. La douleur sourde et invisible du commandant. Jusqu’à l’origine de la passion pour la K-pop de la geek de service (et là, nous retrouvons, au choix, Abby de NCIS, ou Pénélope d’Esprits Criminels…clones, ingrédients…tout ça, tout ça 😉 mais soyons bons joueurs/lecteurs, il s’agit là des codes du genre, et ça plait ) jusqu’à l’arrivée inopinée du tout nouveau psy/profiler qui est imposé par la hiérarchie pour une raison obscure. Bref, chacun des personnages à un intérêt, et pique, à un moment ou à un autre, la curiosité du lecteur.

Finalement, les enquêtes ne seront que des prétextes. Des cadres pour la mise en scène des personnages. Des mises en situation. Avec le recul, je crois qu’elles ont le droit d’être lisses. (Même si, qu’on soit d’accord vous et moi, je préférerai le contraire). Un livre, une histoire, a le droit d’avoir des points faibles. Parce qu’ils mettent en valeur ses points forts. Et parce que parfois, c’est le cas ici, le charisme, le style de l’auteur, sonne comme une promesse. Comme un baiser légèrement appuyé qui annonce la passion future et qui dit : « Pas tout de suite. Sois patient, on a tout notre temps »

Parce que ce n’est que le début, et que tout commence demain.

Infos Pratiques :

Date de sortie : 9 novembre 2017

Editions Fleuve

Prix du format broché : 19.90€ chez Amazon

Prix du format numérique : Enquête 1 « Trois petits singes » 4.99€ chez Amazon

Enquête 2 : » Zabulu  » 6.99€ chez Amazon

Site de l’auteur : http://gipsypaladini.com/

3 Réponses

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :