Dans la jungle péruvienne, une équipe de scientifiques découvre une espèce animale inconnue, particulièrement agressive. Elle parvient à la ramener pour l’étudier dans un laboratoire secret de New York. Profitant d’une erreur de surveillance, les créatures s’échappent et s’évaporent dans la ville.

Je sais, je l’ai déjà dit mais je vais encore vous le répéter : Michael Fenris est un auteur capable de tout écrire avec talent !

Qui plus est dans un genre qu’il affectionne particulièrement : le fantastique. Quoique, à bien y regarder, « Whislers » est aussi un policier. Et un roman d’aventures. Et un thriller horrifique. Et même une romance. Voilà, c’est bien ce que je disais : l’auteur est doué en tout !

Et en ce qui concerne ce livre, ceux qui ont lu les premiers Stephen King et surtout les premiers Dean R. Koontz y reconnaîtront une indéniable influence.

Les aventures débutent dans la jungle péruvienne avec une expédition à la recherche d’espèces inconnues menée par le Professeur Bradford Manson. Au cœur d’une zone reculée déclarée maudite par les autochtones depuis que le feu du ciel s’y est abattu et que les animaux y sont tous morts un à un, les scientifiques découvrent une espèce inconnue et décident de la ramener à New York pour l’étudier.

A partir de ce moment-là, on change de décor, et on suit avec un intérêt toujours croissant l’enquête menée tambour battant par la police de la ville. Pleine de suspense, procurant des frissons et des angoisses, cette course-poursuite haletante et sans aucun temps mort se révèle une lecture très addictive, un véritable page-turner qu’on a du mal à interrompre.

Et voilà l’exemple typique de lecture plaisante, dépaysante, divertissante et parfois terrifiante comme je les aime !

Encore bravo à Michael Fenris, qui, depuis le début et avec chacun de ses romans, a su faire de moi une lectrice comblée.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :